Les ligatures sont une technique de l’Art du Bonsaï permettant de donner une forme esthétique à un arbre bonsaï.

Ligatures sur arbres bonsaï

L’utilisation des fils métalliques, en cuivre ou aluminium, pour mettre forme les branches des arbres bonsaï s’est généralisée après le seconde guerre mondiale. La technique n’est donc pas si ancienne ! Sa généralisation est due à l’industrialisation du siècle dernier qui a permis le développement des méthodes de traitement des métaux. C’est notamment le cas du cuivre.

Quand réaliser ses ligatures ?

La période de ligature dépend de votre arbre bonsaï. Elle est différente selon qu’il s’agisse d’un feuillu ou d’un conifère.

Quand ligaturer un feuillu ?

Préférez la ligature du mois d’octobre pour une mise en forme douce et sans trace sur les feuillus. Ce conseil est basé sur l’observation que j’ai pu faire sur la pratique des Japonais. La ligature d’automne (avec taille et effeuillage préalable) permet de conservé la ligature jusqu’au début du débourrement, soit entre 4 à 5 mois. Il s’agit du délai le plus long possible sans laisser de trace sur l’écorce des arbres.

Attention ! Si vous ôtez les fils de ligature après débourrement, vous risquez d’arracher les toutes jeunes pousses vertes !

Sachez que toute ligature sur feuillus à d’autres périodes de l’année ne vous permettra de la laisser en place que 2 mois maximum. Et sans garantie que l’arbre ne soit pas marqué.

L’arbre grossi moins fortement pendant l’automne, favorisant ainsi l’imprégnation de la mise en forme.

Vous enlèverez ensuite toutes les ligatures des feuillues dès la première quinzaine d’avril suivant. Sauf dans le cas où vous travailler sur le style « Burton », sur lequel il faut laisser s’incruster le fil.

Ligature incrustée bonsaï

Quand ligaturer un conifère ?

Sur les conifères le fil, idéalement en cuivre, peut se poser en février et mars et de juillet à décembre.

Selon la torsion que vous souhaitez imprégner aux branches, vous pourrez laisser vos ligatures jusqu’à 6 mois, voir 1 an 1/2. Même si les fils marquent, vous pourrez les masquer en travaillant les traces en « shari », ce qui s’apparente à un vieillissement dit « naturel » des conifères.

Quel fil choisir pour les ligatures sur bonsaï ?

Bien choisir son fil de ligature est important pour réaliser un beau bonsaï.

Alors, cuivre ou aluminium ? Et quel diamètre ?

Fil de ligature en cuivre ou en aluminium ?

Fil cuivre ligature bonsaï
Fil aluminium ligature bonsaï

Les fils de ligature sont soit en aluminium soit en cuivre. Ce sont des matériaux ductiles, ce qui signifie qu’ils ont une capacité à se déformer plastiquement sans se rompre.

Lorsqu’on pose ces fils sur les branches ils s’écrouissent, c’est-à-dire qu’ils durcissent par transformation mécanique interne, d’où leur stabilité.

Attention ! Le fait de déligaturer et de reposer un même fil (lorsqu’on s’est trompé, par exemple), celui-ci perd de cette caractéristique ductile et sera donc moins efficace.

Le cuivre s’écrouit beaucoup plus que l’aluminium, il est donc plus stable et rigide après la pose. C’est pourquoi on utilise des fils de cuivre plus fins que l’aluminium pour une même grosseur de branche.

En règle générale, on démarre l’apprentissage de la ligature avec l’aluminium, toute espèces confondues. Ensuite, on passe au cuivre sur les conifères.

  • Fil d’aluminium : ce fil est surtout destiné aux espèces d’arbres à écorce lisse car il est plus souple et marque moins rapidement que le cuivre. Notez toutefois qu’il marquera quand même pendant le printemps et l’été, lorsque les branches ou troncs grossissent plus fortement. Contrairement au cuivre il n’a pas besoin d’être recuit.
  • Fil de cuivre : ce fil est plus solide que l’aluminium, ce qui le rend plus difficile à poser pour un diamètre identique. Notez que le fil de cuivre spécifique à la ligature de bonsaï est déjà recuit. En revanche, si vous acheter du fil de cuivre standard, vous allez devoir le recuire avant de l’utiliser. Cette opération est nécessaire pour lui garantir une bonne souplesse lors de la pose. Si vous posséder du fil de cuivre bonsaï depuis un an ou plus, il vous faudra également le recuire. Je vous en parle plus détail à la fin de cet article.

Choisir le bon diamètre de fil

2 critères entre dans le choix du diamètre pour votre fil de ligature : la catégorie de votre arbre et le matériau.

Pour réaliser vos travaux de ligature, vous allez devoir vous équiper d’un éventail de fils dont les diamètres vont de 0,5 mm en 0,5 mm. Cet éventail de grosseur de fil dépendra de votre arbre bonsaï :

  • pour les petits arbres (Mame, Shohin) : des fils de 1 mm à 3,5 mm devraient permettre de réaliser l’essentiel de vos travaux ;
  • pour les arbres plus grands : il vous faudra, en plus, des fils de 3,5 mm à 6 mm.

L’achat de fils de ligature est un investissement non négligeable qu’il vaut mieux prévoir avant l’achat d’un arbre afin de ne pas être pris au dépourvu.

Notre conseil : démarrez avec un petit arbre bonsaï, puis montez en dimension au fur et à mesure de l’évolution de votre dextérité.

Le matériaux du fil intervient également dans le choix du diamètre. Et son coût n’est pas neutre non plus. Il est conseillé de commencer son apprentissage de la ligature avec du fil d’aluminium, quelle que soit l’espèce de l’arbre : il est plus souple et plus facile à poser. Lorsque vous aurez acquis de l’aisance, vous pourrez passer au fil de cuivre sur les conifères.

  • Fil d’aluminium (utilisé sur les feuillus) : le diamètre du fil doit être d’environ 1/3 de celui de la branche à ligaturer.
  • Fil de cuivre (utilisé sur les conifères) : le diamètre du fil doit être d’environ 1/6 de celui de la branche à ligaturer.

Petit test pour vérifier votre choix de fil

Prenez votre fil à 5 ou 10 cm du bout. Appuyez le contre la branche à ligaturer.

  • Si le fil se plie, il est trop faible : choisissez un diamètre plus gros ;
  • Si la branche se plie, il est trop solide : essayez un fil plus fin.

Conclusion : Vous devez choisir le diamètre de fil le plus gros possible sans que la branche ne plie.

Recuire du fil de cuivre

Pour rappel, cette opération est à réaliser dans l’un des 2 cas suivants :

  • vous avez acheté du fil de cuivre standard non spécifique à la ligature de bonsaï,
  • vous possédez du fil de cuivre déjà recuit depuis au moins 1 an, voir plus.

Le recuisage

L’opération de recuisage du cuivre se fait entre 700 et 800 °C pour recomposer des cristaux parfaits. Le fil de cuivre redevient à nouveau souple et malléable.

Le cuivre a la propriété de pouvoir être recuit presque indéfiniment. cependant, ses propriétés se dégradent au fur et à mesure que les cycles de recuisage et d’écrouissage se répète, notamment en raison de l’oxydation. Les méthodes de refroidissements, quant à elles, n’altèrent en rien la qualité du recuisage.

L’écrouissage

Le cuivre a une structure cristalline dites « cubique » qui lui donne son extrême ductibilité. Lorsqu’on déforme le fil de cuivre recuit, il s’écrouit, sa structure se disloque et se durcit pour se rigidifier. Une simple et légère déformation suffit à augmenter considérablement sa rigidité (x2) et sa résistance à la déformation.

Le cuivre a également une résistance 2 fois supérieure à l’aluminium. Ce qui explique qu’il soit nécessaire d’utiliser un fil en aluminium 2 à 3 fois plus gros qu’en cuivre pour le même effet sur une branche d’un arbre.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.