Le substrat de culture

Les arbres en pot « bonsaï » ont besoin d’un substrat qui à la fois retienne l’eau et soit suffisamment drainant du premier empotage au rempotage suivant, la durabilité du substrat est donc un élément déterminant pour l’espacement des rempotages.

Les principaux critères sont la connaissance de la capacité de retenue de l’eau, la migration de l’eau au travers du substrat ainsi que la teneur en air de celui-ci pour permettre une bonne oxygénation du système racinaire.

Les bonsaï préfère un substrat bien drainant, avec une aération ou oxygénation maximale et une bonne conduction de la chaleur. L’approvisionnement en eau et en oxygène par les racines doivent s’y faire correctement (à la fois en quantité et en régularité d’apport). Il faut donc connaître :

  • l’aptitude au renouvellement en oxygène du substrat
  • la capacité du substrat à assurer l’alimentation hydrique

Le substrat joue donc à la fois le rôle de support pour la plante et le rôle de relais pour la fourniture en eau, en air et en chaleur. Ces propriétés physiques sont liées à la texture (composition granulométrique) et à la structure (assemblage des constituants solides du substrat). Alors que la texture peut se définir au toucher, la structure s’évalue indirectement par l’étude de la porosité.

C’est la mesure des volumes vides exprimée en pourcentage du volume total du substrat. Ces espaces peuvent être occupés par l’air et l’eau. Plus la porosité est forte, plus le substrat comporte des vides susceptibles de permettre la circulation de l’eau, de l’air et l’exploration par les racines d’un grand volume.