Le Prélèvement du printemps

2. Le Processus pour le prélèvement de printemps (Année N)

 

Une taille « structurelle » de l’arbre pour permettre à l’arbre de démarrer à cicatriser les premières coupes mais aussi a généré des bourgeons sur les branches et tronc pour optimiser le démarrage après premier empotage.

un cernage du système racinaire, ce qui va permettre a l’arbre de générer des nouvelles racines plus proche de la motte pour le futur prélèvement.

Le prélèvement peut alors se faire dès février jusque avril. Choisir la fin d’une période sèche, la sècheresse génère le stockage et la concentration des sucres. Techniquement le prélèvement doit se faire en conservant une motte significative avec le plus de racines possible.

Toute la motte de terre initiale doit être enlever. C’est effectivement un risque mais c’est a ce moment qu’il faut le prendre pour sécuriser les rempotages futur.

La culture post empotage

 L’arbre est mis en serre froide mais complètement fermé afin de pouvoir controler l’hygrométrie. L’arbre y restera jusqu’a fin Aout. Sachant que la serre peut ainsi monter a des température avoisinant les 60 °C (voir plus) sans aucune conséquence pour les arbres a condition de générer une humidité de 100% avec un système automatique de brumisation. Aucun arrosage complémentaire n’est necessaire, ceci jusqu’a la sortie des arbres fin d’été. Il est ensuite indispensable qu’ils effectuent leurs bioprocessus de fin de saison et de rentré en hiver normalement avec les autres arbres.